juillet 25, 2024
Culture

Carnaval 2023/ Port-au-Prince : pari réussi pour le gouvernement, malgré l’insécurité

Autour du thème « Rekonsilyasyon pou Lapè », les trois jours gras ont connu, quand bien même, un impact considérable en terme d’ambiances, de couleurs et de participations. Au-delà de toutes attentes, le carnaval s’est déroulé à Port-au-Prince sans trop grand incident et surtout sous haute présence policière.

 

Les recettes jusqu’à la mi-journée du premier jour gras (dimanche 19 février) au champs-de-mars, étaient très maigres. Le peu de gens qui ont fait le déplacement sont restés en mode observateur jusqu’à l’apparition de quelques bandes à pied comme Raram no limit, Fashion Mate pour ne citer que celles-là. Cette ambiance a servi de prétexte aux carnavaliers pour investir le parcours officiel du carnaval.

Le défilé des bandes à pied est généralement considéré comme la deuxième partie du carnaval, le défilé artistique en étant la première. Viennent ensuite, les groupes sonores. C’est à ce moment que des milliers de personnes défilaient à la queue leu-leu pour venir profiter de l’ambiance qu’apportent des groupes musicaux dont Rockfam lame a, Oyè-Oyè de Izolan et le groupe Buzz de Junior Bonheur.

Contrairement au premier jour gras, le deuxième jour a connu beaucoup plus de succès en terme d’organisation et de participation de carnavaliers. Environ 9 bandes à pied ont parcourru les artères du champ-de-mars. Ti Pay s’est ajouté à la liste des groupes musicaux présents ce lundi 20 février accompagné de Izolan, Junior Bonheur et le groupe Rockfam.

Cette fois-ci, la foule était en effervescence devant les chars musicaux. Tcha-Tcha en main, les carnavaliers se sont donnés du plaisir, loin du stress quotidien et surtout de l’insécurité. À quelques reprises, des jets de pierres ont été constatés en direction du char du groupe Buzz de junior Bonheur. Des carnavaliers ont clairement pointé du doigt l’agent intérimaire de Petit-Goâve, qui, selon ces citoyens, lancent des propos haineux à l’encontre de Maître André Michel. Les agents des forces de l’ordre ont, à chaque fois, repris le contrôle de la situation.

Les agents de la PNH déployés sur le parcours ont assuré la sécurité des carnavaliers. des ambulances de la Croix-Rouge Haïtienne ont été remarquées dans les parages accompagnées des secouristes.

Durant les deux premiers jours, Izolan et sa bande ont connu un très grand succès. Les fêtards ont pu revivre différentes meringues du groupe Barikad Crew.

Pour le troisième jour, dans une ambiance à nulle autre pareille, une foule compacte était au rendez-vous. Depuis le défilé artistique jusqu’au passage des chars musicaux, le champ-de-mars était engouffré de monde. Les troupes du théâtre national et de l’Ethnologie ont de nouveau offert un très bon spectacle avec beaucoup de couleurs.

Lors de son passage, le Groupe Rockfam a rendu un hommage bien mérité à Mikaben défunt. La collaboration de Fantom avec Izolan fût la grande surprise de la soirée. Les fans du Rap Kreyol et de Barikad Crew s’en sont réjouis.

Malgré le climat d’insécurité qui prévaut, les mélomanes, les carnavaliers ont répondu à l’appel du gouvernement et la mairie de Port-au-Prince. Ils ont participé en quantité étonnante aux trois jours gras du carnaval 2023.

Contrairement à son mode d’organisation habituel, cette année, le carnaval s’est déroulé dans la matinée en raison de l’insécurité et du black-out. Une modification qui a donné des résultats plutôt satisfaisants.

À noter qu’un homme a été tué par balle sur la place des artistes non loin du commissariat de Port-au-Prince et à proximité du parcours du carnaval le deuxième jour gras.  Rien est encore clair sur l’origine de cet assassinat.

En attendant un bilan du comité d’organisation du carnaval dans la capitale haïtienne et des autorités policières, le gouvernement a gagné, haut les mains, le pari. Beaucoup d’incertitudes planaient autour du déroulement de cet événement en pleine crise sécuritaire.

 

Watson Audibert

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *