février 29, 2024
Culture

Georges Castera, un vrai monument culturel pour Haïti

(Port-au-Prince)- Si vous êtes nés dans les années 2000, et que  vous ne connaissez pas Georges Castera, ce grand icône de la culture haïtienne, c’est que vous avez besoin de renaître.

 

Georges Castera est le fils du médecin haïtien Georges Castera et d’Irène Aubry. Il est né un 27 décembre 1936 à Port-au-Prince, il est l’un des plus grands poètes haïtiens contemporains. Il a commencé à écrire dès son jeune âge. Castera est l’un des pionniers de la langue créole dans la littérature, d’ailleurs son premier recueil de poésie « Klou Gagit » (écrit à Madrid en 1965), est écrit en langue maternelle. Donc il écrit aussi bien en créole qu’en français. Le poète dessinateur a travaillé avec des auteurs comme René Bélance, Jacques-Stephen Alexis, Félix Morisseau-Leroy (qui a aussi fait la promotion de la langue créole pendant toute sa vie), Paul Laraque, les frères Marcelin, Anthony Lespès et des peintres comme Bernard Wah, Hervé Télémaque, Jacques Gabriel, Dieudonné Cedor, Max Pinchinat, Roland Dorcely, entre autres.

Dans les années 50, il commence à être populaire en publiant des textes dans des journaux de Port-au-Prince. En 1956, Georges Castera part faire ses études en Europe. Il a passé deux ans en France, à Montpellier, puis onze ans en Espagne pour étudier la médecine, qu’il a fini par abandonner pour se consacrer à la poésie et à la politique.

Pendant la période de la dictature, au début des années 70 une période très difficile pour les poètes et dramaturges, il a dû quitter le pays pour se rendre à New York, sous peine d’être arrêté et exécuté pour sa position politique. Il a donc passé 30 années en exil, une expérience qu’il considère comme l’occasion d’une ébullition artistique et militante.

Georges Castera rentre à Port-au-Prince après la chute des Duvalier. Avec Syto Cavé et Anthony Phelps, il entame des séances de formations poétiques pour des jeunes de Port-au-Prince et des villes de province, à partir de ses lectures et de ses prestations publiques.

Selon un article de Rodney Saint-Éloi, Georges Castera a toujours vécu à Pétion-Ville où il partage son temps entre l’édition et l’écriture. Poète, dessinateur et directeur littéraire aux éditions Mémoire, il écrit en français, en créole et en espagnol. Il est membre fondateur de l’Association des écrivains haïtiens.

 

Billy Désir

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *