février 5, 2023
Société

Des citoyens marchent pour dénoncer le traitement inhumain infligé aux migrants haïtiens en République Dominicaine

(Port-au-Prince) Des organisations de la société dont la Plateforme haïtienne pour un développement alternatif (PAPDA), la Plateforme des Organisations de Défense des Droits Humains (POHDH), le Groupe d’Appui aux Rapatriés et aux Réfugiés (GARR) ont organisé une marche pacifique le mardi 29 novembre 2022, à Port-au-Prince, pour dénoncer les mauvais traitements subis par les migrants haïtiens en République dominicaine.

 

Ces citoyens réfractaires voient dans le comportement de la République dominicaine, des actions racistes et xénophobes à l’encontre de nos compatriotes. Ils croient mordicus que le gouvernement doit tout faire pour protéger les migrants haïtiens et forcer les autorités dominicaines à améliorer les conditions de déportation.

Cette marche a démaré au Champ-de-mars sur la place de la constitution, passant par la ruelle vaillant plus précisément à l’école Argentine Bellegarde où une gerbe de fleur a été déposée, pour atteindre Petion-Ville devant le consulat dominicain où un message a été délivré. Ces citoyens ont marché sur les pas du Truck Sound et les rythmes prémonitoires qui ont été proposés.

« Nous voulons dire à nos frères en République Dominicaine et ceux qui ont été déportés qu’ils ne sont pas seuls. Nous entendons donner une réponse violente à cette situation », a déclaré un manifestant, les nerfs à fleurs de peau.


Les déportations n’ont pas cessé

Malgré le tollé médiatique de la situation des migrants haïtiens en territoire voisin et les nombreuses voix qui se sont élevées pour dénoncer la situation, les déportations n’ont pas été suspendues ou diminuées. Les conditions n’ont pas changé.

Au contraire, les chiffres ont augmenté, selon le responsable de communication et de plaidoyer du GARR, Sam Guillaume. « Plus de 21 milles Haïtiens ont été déportés rien que pour le mois de novembre », a informé Guillaume rappelant que les chiffres n’étaient qu’à 14 milles pour au mois d’octobre.

Dans un communiqué publié mardi 29 novembre, le gouvernement via le ministère des affaires étrangères a annoncé que le chargé d’affaires haïtien en République Dominicaine a exprimé les préoccupations d’Haïti vis-à-vis des traitements inhumains infligés par les autorités dominicaines à ses migrants. Selon la chancellerie, Haïti a dénoncé la façon dont ces déportations sont opérées et plaidé en faveur du respect du Protocole sur les rapatriements.

 

RPBS

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *