février 25, 2024
International

France- crise: Des milliers de manifestants ont investi les rues de Paris contre l’inflation

Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé à Paris, dimanche 16 octobre 2022, provoquant des confrontations avec les forces de l’ordre, trois semaines après le début d’une grève dans les raffineries de pétrole qui a provoqué des pénuries de carburant dans toute la France.

 

 

 


La manifestation de dimanche contre la hausse du coût de la vie était organisée par l’opposition politique de gauche, les Nupes. C’était une manifestation de colère contre la hausse des prix et de pression accrue sur le gouvernement d’Emmanuel Macron.

 

 

 

Les organisateurs l’ont qualifiée de « marche contre la vie chère et l’inaction climatique ». En plus d’appeler à des investissements massifs pour lutter contre la crise climatique, ils ont également appelé à des mesures d’urgence contre les prix élevés, notamment en gelant le coût de l’énergie, des biens essentiels et des loyers, et en augmentant la taxation des bénéfices exceptionnels par les entreprises.

 

 

 

Certains manifestants portaient des gilets jaunes fluorescents, symbole des manifestations antigouvernementales souvent violentes de 2018 qui ont secoué le gouvernement qualifié de « pro-business » de Macron.

 

 

 

Les organisateurs ont déclaré que 140 000 personnes avaient pris part au rassemblement de dimanche. Auparavant, la police avait prédit qu’environ 30 000 personnes participeraient à l’action.

 

 

Les grèves et les manifestations sont surveillées de près par le gouvernement, qui a l’intention d’introduire dans les prochains mois une modification très controversée du système de retraite.

 

 

 

Macron, qui a été réélu en avril dernier, a promis d’abaisser l’âge de la retraite à 62 ans, la réforme étant prévue avant la fin de l’hiver.

 

 

 

Le ministre du Budget, Gabriel Attal, a dénoncé dimanche la poursuite de la grève comme « inacceptable », tandis que le groupe de pression du Medef a déclaré que « 150 personnes » prenaient « le pays en otage ».

« Bien sûr, il y a le droit de grève, mais à un moment donné, le pays doit pouvoir fonctionner », a déclaré Attal aux médias français.

 

 

 

RPBS

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *