février 5, 2023
International

Deux prétendants d’origine haïtienne s’affrontent pour remplacer Jean Monestime à la commission Miami-Dade

L’élection pour remplacer le seul commissaire haïtiano-américain du comté de Miami-Dade s’est déroulée entre deux anciens dirigeants haïtiano-américains du district 2. L’un était maire pour deux mandats, l’autre directeur à but non lucratif. En effet Philippe Bien-Aimé, maire de North Miami depuis 2019, fait face à Marleine Bastien, fondatrice et directrice du Family Action Network Movement, une organisation de services sociaux pour les résidents à faible revenu.

 

Philippe Bien-Aimé et Marleine Bastien concourent pour remplacer Jean Monestime dans le district 2 de Miami-Dade. Les deux candidats s’accordent sur certains des principaux problèmes auxquels est confronté le district 2, qui s’étend de la limite nord de Miami à North Miami Beach, y compris de grandes parties de North Miami et Opa-locka et une petite partie de Hialeah.

Ils ont tous deux cité la violence armée comme une préoccupation majeure dans le district, ainsi que le déversement illégal – le terme désignant les personnes qui déposent des camions remplis de déchets et de débris sur les trottoirs et les rues. Bastien et Bien-Aimé ont également convenu de la nécessité d’une action du comté sur des services aussi élémentaires que l’éclairage public. « Tout le monde se plaint de l’absence d’éclairage », a déclaré Bastien. Bien-Aimé était d’accord : “ Il n’y a pas assez de lumière la nuit “.

Phillipe Bien-Aimé a quitté Haïti pour le Canada ensuite il s’est installé dans la région de Miami dans les années 1990. Il a travaillé dans l’industrie de la vente de voitures, puis est entré en politique en 2013 avec une course réussie pour la commission de la ville de North Miami. Il a été élu maire en 2019, puis réélu deux ans plus tard. Son élection à la mairie fait suite à un employé de la ville qui a intenté une action en justice contre North Miami et Bien-Aimé accusant le membre du conseil de l’époque de harcèlement sexuel. La poursuite s’est réglée en 2019, mais les conditions n’ont pas été rendues publiques. Bien-Aimé a nié les allégations.

Marleine Bastien a quitté Haïti pour la région de Miami dans les années 1980 et a travaillé comme parajuriste au Centre des réfugiés haïtiens et comme travailleur social au Jackson Health System. Dans les années 1990, elle a fondé les Haitian Women of Miami, qui sont devenues le Family Action Network Movement de 30 employés qu’elle dirige aujourd’hui à plein temps.

Il faut aussi rappeler que Jean Monestime avait remporté le siège en 2010 en tant que premier Haïtiano-Américain au conseil d’administration et a été élu au poste puissant de président de la commission quatre ans plus tard. Qui sera son successeur?

 

RPBS avec Miami Hérald

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *