février 4, 2023
Actualité Société

De pénurie de carburant à pénurie d’eau potable, la population haïtienne vit de calvaire en calvaire

La population haïtienne ne sait pas vraiment à quel saint se vouer. La formule pour résoudre cette inéquation à plusieurs variables, se fait encore plus rare. Pour exprimer son ras-le-bol et cracher son dégoût, la population a adopté un répertoire d’actions collectives qui, jusqu’à présent paraissent importantes pour eux mais, n’apportent toujours pas le résultat escompté. Sans avoir trouvé une solution à la crise de carburant, une crise d’eau potable s’impose.

 

 

 

Après l’augmentation du prix des produits pétroliers par le gouvernement de Ariel Henry, un ensemble de mouvements a été lancé partout dans le pays pour riposter à cette décision anti-peuple.

 

 

Le carburant se faisait déjà rare sur le marché bien avant la remise à la hausse des prix dans les pompes à essence. Cette rareté a causé pas mal de dégâts, tels ; des explosions dans des espaces de stockage destinant à alimenter le marché noir et l’augmentation exorbitante des frais de transport dans les différentes artères du pays.

 

 

Le Samedi 17 septembre 2022, cinquième journée de paralysie des activités et de blocage des routes  nationales et des rues, la zone métropolitaine de Port-au-Prince fait face à une pénurie d’eau potable.

 

 

Cette rareté de l’un des éléments nécessaires à la vie : l’eau, est due par rapport aux blocages des rues communément appelés  « Peyi lòk », qui empêche l’acheminement de l’eau potable vers des points commerciaux. D’un coup,  cette rareté a créé à nouveau une autre forme de marché noir.

Ce cas de figure vient aggraver la situation de certains ménages qui ont du mal à s’approvisionner en eau potable et d’autres qui se voient obliger de marcher des kilomètres pour régler certaines urgences.

 

 

Si à première vue le pullulement des galons jaunes nous fait penser à la crise de carburant, la crise de l’eau potable s’identifie elle-même par des gallons bleus. Partout où l’on passe dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, des gens font la queue pour tenter de s’approvisionner en eau potable.

 

 

Voilà Haïti, un pays qui va de crise en crise. Et, à la recherche de solution à un problème, un autre est déjà à nos trousses. Tandis que, Haïti est sous la menace de la tempête Fiona qui a déjà fait plusieurs morts En Guadeloupe. Ce soir, elle atteindra le niveau d’ouragan, bien avant qu’elle touche les côtes d’Haïti, selon les prévisions météorologiques.

 


JB

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *