décembre 8, 2022
Economie

L’inflation à son plus haut niveau depuis 2003 avec un taux de 29%.

Dans son dernier rapport publié la semaine dernière sur l’indice des prix à la consommation, l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI) a informé que l’inflation a atteint durant le mois de juin 2022 une inflation mensuelle de 2.2% et une inflation annuelle de 29% contre respectivement 1.9% et 27.8 % au mois de mai.

L’IHSI vient de publier son dernier rapport sur l’indice des prix à la consommation. Selon ce rapport, les produits alimentaires et boissons non alcoolisées représentant plus de 50% du budget des familles haïtiennes a crû en juin 2022 au rythme annuel de 30,7%. Les prix au niveau des Restaurants ont connu dans la division de Consommation la plus forte progression, soit 33,1%.

 Toujours selon le rapport, les produits locaux ont connu une hausse de 21,8% en juin 2022 par rapport à juin 2021 tandis que les produits importés ont accusé une variation positive de plus de 40%, soit 41,7%.

 La Région Sud composée des départements du Sud, de la Grande-Anse et des Nippes et coupée de la grande zone Métropolitaine de Port-au-Prince a enregistré la plus forte progression de prix, soit 31,4%, a indiqué le rapport de l’IHSI.

 Les plus faibles variations ont été enregistrées dans les régions Nord (départements du Nord, du Nord-Est et du Nord-Ouest) ainsi que la région centrale (Centre et l’Artibonite), respectivement 27,6 et 27,4%.

Avec 29%, il s’agit d’un taux d’inflation moyenne, l’inflation ne touche pas les produits à la même hauteur. Quelques exemples: riz (45.1%), poisson (54.8%), hareng (44.1%), lait en poudre (45.8%), huile comestible (88.4%)et sucre (42.1%).

 Selon les économistes, il s’agit d’une inflation inédite. Un chiffre jamais atteint sur le marché haïtien depuis 2003. À l’époque, les mouvements politiques contre Jean Bertrand Aristide ont fait grimpé les chiffres jusqu’à 41%.

 Les raisons de cette hyper-inflation sont multiples. La rareté et l’augmentation du prix de l’essence dans le pays ; l’inflation au niveau international, étant donné que 70% des produits du marché haïtien est importé ; la rareté des produits sur le marché international avec la crise géopolitique marquée par le conflit russo-ukrainien ; la dépréciation de la gourde par rapport au dollar, essentiel à l’importation des produits ; l’insécurité dans le pays, entre autres.

 Les chiffres relatifs à l’indice des prix à la consommation sont inquiétants. Les économistes craignent des lendemains qui déchantent.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *