juillet 22, 2024
Education

Fête des philosophes, entre tradition et absurdité

Depuis toujours, la philosophie a toujours été une discipline controversée où se confrontent des idées, des théories et des positions les unes plus radicales que les autres. Des philosophies se sont toujours opposées, des courants antagonistes, notamment le matérialisme et l’idéalisme. La dernière chose à laquelle on pourrait assister dans le monde de la philosophie voire dans une démarche philosophique serait ; l’harmonie.

Socrate, considéré comme le père de la philosophie antique, est mort rien qu’en défendant sa philosophie. Plus loin, Damasio a affirmé que le père de la philosophie moderne, en l’occurrence René Descartes, s’était trompé sur sa théorie sur le corps et l’âme et que Spinoza avait raison à ce sujet. En plus, qui n’a pas admiré le duel idéologique sans merci entre les 2 tenants du siècle des Lumières en France, Voltaire et Rousseau.

En effet, la philosophie demeure la discipline la plus subjective qui soit. Aristote fut élève de Platon pendant plus de 20 ans. Il eût cependant à prendre le contre-pied face à la philosophie platonicienne. D’ailleurs, il eût à dire, « Platon m’est cher, certes, mais la vérité me l’est encore davantage ». Alors qui pourrait prétendre avoir le monopole de la vérité ? Kant considère à raison qu’on ne peut aucunement apprendre la philosophie mais plutôt apprendre à philosopher.

Ceci dit, la fête dite des philosophes est-elle vraiment celle de la philosophie? Quel serait le sens et l’essence de cette activité festive qui, pour certains, n’a rien de philosophique?

La fameuse fête des philosophes a pris naissance avec Saint Thomas d’Aquin comme patron. Mais, n’avons-nous pas toujours appris que la philosophie n’est pas dogmatique et tout ce qui s’apparente à la religion s’éloigne progressivement d’une démarche philosophique ?

Dans la foulée, nombre de penseurs avancent que « l’étonnement » se trouve au cœur même de la philosophie. Certes, la philosophie est issue de cette tendance naturelle chez les humains à s’étonner d’eux-mêmes et du monde dans lequel ils vivent. Mais qu’en est-il de la religion ?

Comment un religieux fanatique est-il devenu le Saint patron d’une telle discipline aussi exigeante et controversée, en sachant notamment que la philosophie et la religion se sont toujours opposées. D’ailleurs, Thomas d’Aquin est vivement décrié pour sa vaine tentative absurde de concilier la religion et la philosophie. De plus, Spinoza s’y est catégoriquement opposé en fervent défenseur de la raison dans son traité sur la théologie et la philosophie.

La philosophie n’est-ce pas une activité de l’esprit d’où la maïeutique de Socrate, la pensée radicalement matérialiste de La Mettrie, la folie de Nietzsche, ou la théorie naturaliste de Rousseau.

Alors, comment s’est-on mis d’accord, paradoxalement dans le monde philosophique, sur le choix de la date de l’anniversaire de naissance de celui qui fut proclamé Saint patron des écoles et des universités catholiques pour en faire la date de la célébration de la « fête des philosophes », soit le 28 janvier ? Comment est-ce qu’une chose qui appartient à une religion s’est-elle progressivement installée sous forme d’universelle ?

Aristote n’est pas devenu philosophe en intégrant l’Académie de Platon. D’ailleurs, il n’était pas l’unique, mais il réside le seul dont nous ne cessions de parler et d’étudier les œuvres. Il est devenu philosophe grâce à ses réflexions, ses théories, ses écrits bouleversants et ses pensées influençables.

Le grand Karl Marx était élève du philosophe Friedrich Hegel, mais pour devenir philosophe, il a chambardé tout un système. Il a jeté les bases d’une société novatrice qui découle amplement de sa philosophie communiste.

La fête des philosophes en Haïti

Chaque 28 janvier ou parfois le dernier vendredi du premier mois de l’année, les étudiants en classe terminale célèbrent la fête des philosophes.

Généralement, une pléïade d’activités est organisée pour marquer ce jour notamment des conférences débats, des journées de réflexions, des activités culturelles, des festivités en grandes pompes, de fastes repas, etc.

Et le vendredi 27 janvier, la fête des philosophes est passée comme une lettre à la poste, en raison du climat de tension qui a chambardé une conjoncture déjà difficile. Les écoles ont chômé par prudence. La fête n’a donc pas eu lieu.

Et pourtant, au cours de la semaine, on pouvait voir sur les comptes de différentes écoles et les statuts des élèves, à travers les réseaux sociaux, les préparatifs qui étaient déjà lancés pour la fête. Il faut dire que l’année académique 2022-2023 ne présage rien de bon pour les écoles tant sur le point éducatif que culturel, à cause de la situation du pays.

Billy Désir et Joame Baptisné

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *