février 4, 2023
International

Sanctions contre le sucre dominicain: le pays voisin risque 100 millions US de perte sur un an, selon Etzer Emile

L’administration Biden a annoncé mercredi des sanctions contre une entreprise dominicaine, Central Romana Corporation Ltd, en bloquant ses exportations de sucre sur le territoire américain. Cette société dominicaine, accusée de soumettre ses travailleurs à de mauvaises conditions de travail, produit du sucre qui est vendu aux États-Unis sous la marque Domino, et représente 62,84 % du quota de sucre établi pour la République dominicaine pour le marché préférentiel américain. Selon Etzer Emile, si ces sanctions durent un an, le pays voisin risque 100 millions de dollars américain de perte.

 

« À compter du 23 novembre 2022, le personnel des douanes et de la protection des frontières (CBP) des États-Unis dans tous les points d’entrée américains retiendra le sucre brut et les produits à base de sucre produits en République dominicaine par Central Romana Corporation Limited (Central Romana) », avait informé un communiqué de l’agence américaine, CBP.

Les douanes et la protection des frontières des États-Unis ont émis ce qu’on appelle une ordonnance de retenue contre l’entreprise dominicaine “ sur la base d’informations qui indiquent raisonnablement l’utilisation de travail forcé dans ses opérations “, et disent avoir identifié cinq des 11 indicateurs de travail forcé de l’Organisation internationale du travail au cours de son enquête, à savoir abus de vulnérabilité, isolement, retenue de salaire, conditions de travail et de vie abusives et heures supplémentaires excessives.

 

Risque de 100 millions de dollars de perte sur une année

De l’avis de l’économiste Etzer Emile, c’est un véritable coup dur pour l’économie en République dominicaine car les plantations du “ Central Romana “ représentent 69% des exportations dominicaines de sucre vers les États-Unis chaque année. “ La décision des États-Unis de bloquer le sucre et les autres produits fabriqués avec du sucre en provenance de « Central Romana » fera perdre à la République dominicaine environ 100 millions de dollars si cette interdiction dure un an “, prévient le professeur Etzer Emile.

Dans un communiqué responsif, Central Romana avait rejetté d’un revers de main de telles allégations. L’entreprise a indiqué que les raisons de cette mesure ne reflètent pas les politiques et les pratiques de Central Romana, qui depuis plus d’un siècle “ est une référence dans la mise en œuvre de programmes de responsabilité sociale axés sur la santé, l’éducation, le logement et l’alimentation à la portée de tous leurs les travailleurs et les familles “.

 

RPBS

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *