février 4, 2023
Actualité Politique

Le discours « irresponsable » du ministre des Affaires Étrangères à l’ONU provoque la colère des patrons haïtiens

Le discours du Ministre des Affaires Étrangère, Jean Victor Généus, devant le conseil de sécurité de l’Organisation des Nations-Unis (ONU) à New-York, a fait l’objet de nombreuses critiques tant en Haïti qu’à l’étranger. Affirmant que « la situation est globalement sous contrôle et le calme est revenu dans plusieurs parties du pays », des associations patronales ont dénoncé à travers une lettre ouverte adressée au premier ministre Ariel Henry le mardi 27 septembre 2022, les propos mensongères tenus par le chancelier haïtien.

 

 

 

A travers une lettre ouverte adressée à l’attention du Premier ministre Ariel Henry le  mardi 27 septembre 2022, plusieurs associations patronales ont critiqué avec véhémence les propos tenus par le ministre Jean Victor Généus au conseil de sécurité de l’ONU affirmant que tout est sous contrôle en Haïti. Ces associations pressent Ariel Henry à agir vite afin de remédier à cet « impair diplomatique ».

 

 

Pour ces associations de patrons signataires de la lettre, les propos du ministre des affaires étrangères n’ont rien à voir avec la situation de tension qui règne dans le pays depuis quelques temps.

 

 

« Nous ne pouvons qu’imaginer que le ministre des Affaires Étrangères, étant peut-être étranger aux affaires locales, a dû être mal informé en affirmant au Conseil de Sécurité de l’ONU que la situation est sous contrôle » ont déclaré ces associations du secteur privé des affaires.

 

 

Les patrons haïtiens disent supposer que le Premier ministre Ariel Henry est bien informé de cette situation cataclysmique dont des solutions durables peinent à arriver. « Il est un fait que la PNH, malgré ses moyens limités, a tenté par des actions ponctuelles de rétablir l’ordre, cependant il est également un fait qu’en aucun cas, nous ne pouvons parler aujourd’hui d’une «situation sous contrôle », ont précisé les associations patronales.

 

 

Fort de ce constat, ces associations patronales ont estimé qu’il est du devoir du Gouvernement de remédier à ce qu’elles appellent un « impair diplomatique », en offrant un nouveau message officiel véridique au conseil de sécurité de l’ONU, pour l’informer de la réalité du territoire.

 

 

Cette lettre porte la signature de 5 associations patronales dont la Chambre de Commerce et de l’Industrie d’Haïti (CCIH), l’Association des Industries d’Haiti (ADIH), la Chambre Américaine de Commerce en Haïti, l’Association Touristique d’Haiti (ATH) et la Chambre de Commerce et d’Industrie Canado-Haïtienne (CCICH).

 

 

 

JB

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *