février 3, 2023
Education

Le report coutumier de la rentrée scolaire, une pratique mettant à nue le système éducatif haïtien

Tant vaut l’école, tant vaut la nation dit-on. En Haïti, la situation est alarmante. Même l’école est traitée en parent pauvre. Depuis plusieurs années, la date prévue au préalable pour la rentrée scolaire n’est jamais respectée. L’éducation est au plus bas. Son faible budget est la preuve irréfutable. Qui pis est, l’éducation haïtienne est à plusieurs vitesses et le gouvernement en perd pratiquement le contrôle.

Qui veut juin prépare septembre, cette phrase célèbre est utilisée généralement dès la rentrée pour encourager les élèves à se mettre au travail dès le premier jour de classe pour assurer leur réussite à la fin de l’année. Pour l’année académique 2022-2023, ce sera qui veut juin prépare octobre comme c’était le cas l’année dernière. À constater le juin dans ce fameux adage, reste inchangé. À bien y voir, le calendrier scolaire en dépit des promesses du Ministère ne pourra pas compter sur le même nombre de jours de classes. Les élèves en sont les principales victimes.

Encore cette année, la rentrée des classes a été repoussée du 5 septembre au 3 octobre 2022 dans le « soi-disant » but de faciliter les parents à mieux se préparer. Le gouvernement va-t-il les accompagner, la pénurie de carburant sera-t-elle résolue, va-t-on pouvoir mettre un terme à l’insécurité, et l’inflation qui ne cesse de grimper?

En France, aux États-Unis, au Canada ou en République Dominicaine plus près de nous, nonobstant un cas de force majeur, la rentrée scolaire est toujours maintenue. Pas question de réviser chaque année le calendrier scolaire ou de reporter la rentrée. Diriger, n’est-ce pas prévoir?

Ainsi, reporter à chaque fois la date, repoussée parfois jusqu’à un mois est un avilissement pour un système éducatif vraisemblablement dépassé par les événements. Cet énième report prouve l’incompétence des autorités qui ne dirigent plus rien. Pour paraphraser le feu bâtonnier Dorval, «le pays n’est ni dirigé ni administré».

Par ailleurs, nombreux sont des parents qui se plaignent des pressions exercées par des directeurs d’institutions scolaires afin qu’ils envoient leurs enfants à l’école dès le lundi 5 septembre comme prévu initialement. S’achemine-t-on vers un bras de fer entre le ministère et ces responsables d’écoles?

Que compte faire le gouvernement concrètement pour rendre possible la rentrée, le 3 octobre. Et si la crise perdure et s’aggrave, le Ministère va-t-il reporter encore une fois la date de la rentrée, « te kwè lekòl pa ka tann »? Autant de questions qui peinent à avoir de réponses.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *