février 29, 2024
Actualité

Canada réticent à diriger une force en Haïti, Joe Biden veut tirer sa dernière carte pour presser Trudeau

Le président des États-Unis, Joe Biden, sera en visite officielle au Canada ce soir. La crise en Haïti, entre autres, sera au cœur des discussions où Joe Biden tentera de persuader Canada à diriger une force militaire étrangère dans cette partie de l’île Hispaniola livrée aux mains bandits qui dictent leurs lois.

 

Le président et son épouse Jill seront accueillis au pays par la gouverneure générale, Mary Simon, représentante de la Couronne britannique au Canada. Joe Biden doit également prononcer un discours vendredi devant les membres du Parlement. Il doit aussi avoir une rencontre privée à la résidence du premier ministre Trudeau Justin Trudeau.

La crise socio-politique en Haïti sera au cœur des discussions. Selon la presse canadienne, Joe Biden pourrait demander au Canada d’intervenir militairement en Haïti pour contribuer à y rétablir l’ordre et chasser les bandes armées. Répondant aux questions des journalistes, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale des Etats-Unis, John Kirby, n’a pas précisé si Joe Biden a l’intention de faire une telle demande au gouvernement canadien lors de sa visite.

« Pour ce qui est d’une force multinationale ou de quelque chose du genre, je ne veux pas devancer la conversation. Comme nous l’avons déjà dit, si c’est nécessaire, s’il y a une place pour cela, tout cela devra être réglé directement avec le gouvernement haïtien et avec l’ONU », a-t-il dit.

Ce jeudi, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a affirmé que la communauté internationale continuait d’étudier la possibilité d’envoyer une force en Haïti et que le sujet serait évoqué pendant la visite du président Joe Biden au Canada.

Il y a des discussions aux Nations unies sur une sorte de force multinationale, une discussion à laquelle nous participons activement, a affirmé M. Blinken devant la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants. Les États-Unis ont indiqué être prêts à soutenir une telle force, mais pas à la diriger.

Environ 530 personnes ont été tuées, dont un grand nombre par des tireurs embusqués, et près de 280 enlevées par les gangs qui sévissent impunément en Haïti, a indiqué mardi l’ONU demandant le déploiement en toute urgence d’une force d’appui spécialisée.

Près de la moitié de la population haïtienne, soit 4,9 millions de personnes, peine à se nourrir, a mis en garde jeudi, le Programme alimentaire mondial (PAM).

JD

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *